Creapole SA
Rue de l'Avenir 23
2800 Delémont
Switzerland
www.creapole.ch
T +41 32 544 50 00

info@creapole.ch
www.blog.creapole.ch
https://www.twitter.com/creapole
Creapole

02 05 2013
0

La Suisse, championne fragile de l’innovation

Une étude du KOF hisse le pays en tête de classement des pays les plus innovants. Avenir Suisse, par la voix de son président romand Xavier Comtesse, se dit critique

«L’économie suisse est toujours l’une des plus innovantes.» L’étude parue mercredi sous l’égide du KOF l’assure: bien que devancée par le Danemark, «la Suisse fait partie de l’élite des pays européens les plus innovants».

Se basant sur une analyse de 2300 entreprises au cours de l’automne 2011, l’enquête de l’institut lié à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich souligne que, malgré le franc fort et la conjoncture, les entreprises employant moins de 250 personnes «sont globalement plus innovantes que les PME» de toute l’Union européenne.

Manque de recul

Le KOF n’est pas seul à hisser la Suisse en tête de classement. Le Forum économique de Davos la place en quatrième position (derrière l’Allemagne, la Suède et le Japon). Le baromètre de la Commission européenne juche notre pays au premier rang mondial. Idem du côté de l’Institut européen d’administration des affaires (Insead)… Lorsque l’on se penche sur les classements des pays les plus innovants, la Suisse tient irrémédiablement le haut du pavé.

«C’est une erreur de publier ces études chaque année», estime Spyros Arvanitis, l’un des auteurs de l’étude du KOF (publiée tous les trois ans). En assurant que le recul manque, sur un an, pour avoir une image d’ensemble de l’innovation. «Toutes ces études sont justes, mais elles cachent des tragédies», s’alarme pour sa part Xavier Comtesse, patron romand d’Avenir Suisse. Au nombre de brevets ou de dépenses dans la recherche et le développement, la Suisse est certes en tête de peloton, «mais il faut repenser jusqu’au concept d’innovation», insiste-t-il. Il dénombre trois exemples qui illustrent ces fragilités.

Sans la pharma, la Suisse se trouverait au bas de la liste

En premier lieu, le patron romand d’Avenir Suisse regrette que 80% des brevets déposés en Suisse ne le soient que par 12 entités (sociétés, écoles polytechniques, etc.)

De plus, ajoute Xavier Comtesse, depuis 2003, McDonald’s a créé davantage d’emplois (2700) en Suisse que toutes les start-up réunies (environ 2000). «Start-up ne signifie pas forcément innovation», répond Spyros Arvanitis.

Enfin, la Suisse dépend trop des sciences de la vie, reprend Xavier Comtesse. «Si Novartis et Roche – qui dépensent plus de 2 milliards de francs dans la recherche et le développement par année en Suisse – quittaient le pays, la Suisse chuterait en queue de tous ces classements», affirme-t-il. «La Suisse distance surtout les autres pays avec ses PME, pas seulement avec ses multinationales», soutient Spyros Arvanitis.

LeTemps, "La Suisse, championne fragile de l’innovation", jeudi 25 avril 2013, Valère Gogniat

Commentaire

Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant. Voulez-vous être le premier à en ajouter un ?

Poster un commentaire