Creapole SA
Rue de l'Avenir 23
2800 Delémont
Switzerland
www.creapole.ch
T +41 32 544 50 00

info@creapole.ch
www.blog.creapole.ch
https://www.twitter.com/creapole
Creapole

12 11 2015
0

L'identité suisse mieux affirmée

identité suisse mieux affirmée

Plus de 8000 dossiers ont été déposés pour l'utilisation de l'extension ".swiss", à l'issue d'une première phase d'attribution achevée lundi. Le peu explicite ".ch" n'a plus la cote.

En 2011, l'ICANN - société américaine qui gère les noms de domaine sur internet - avait lancé un vaste programme pour élargir le nombre de noms de domaine de premier niveau, appelés aussi extensions. Il s'agit de la désignation suivant le dernier point dans une adresse internet.

Aux traditionnels ".com", ".org" ou ".edu", viendront à terme s'ajouter une multitude d'autres noms désignant desa marques, des secteurs d'activité, des thématiques ou encore des produits. Il sera également possible d'utiliser des noms géographiques comme nom de domaine. Ainsi ".swiss" coexistera avec l'actuel ".ch" (pour Confoederatio helvetica).

Ruée sur ".swiss"

Concrètement, une collectivité, une société ou une entreprise désirant créer une nouvelle extension doit déposer un dossier auprès de l'ICANN. C'est ce qu'on fait avec succès les autorités fédérales suisses pour l'obtention du ".swiss". (...)

Une première phase de demandes a débuté le 7 septembre et s'est achevée lundi. Seules les collectivités publiques ainsi que les entreprises inscrites au Registre du commerce et au Trade Mark Clearing House (le mécanisme de protection des marques de l'ICANN) ont pu y prendre part. "Début novembre, le cap des 8000 demandes avait déjà été franchi", se réjouit Caroline Sauser, porte-parole de l'OFCOM. (...)

L'exploitation normale du nouveau nom de domaine débutera le 16 janvier. "En janvier, la grande nouveauté, c'est que les associations et les fondations pourront elles aussi déposer une demande, même si elles ne sont pas inscritres au Registre du commerce", précise Caroline Sauser. En revanche, les personnes privées ne pourront toujours pas déposer une demande. Et il n'est pas sûr qu'elles puissent le faire un jour. "Il est trop tôt pour dire si ce sera ouvert au grand public", déclare Caroline Sauser.

Source : La Liberté, édtion du 12.11.2015, par Olivier Pauchard

Commentaire

Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant. Voulez-vous être le premier à en ajouter un ?

Poster un commentaire